Covidhub est devenu essentiel.news le 8 avril 2024, découvrez pourquoi.

Trop gênante: une revue scientifique de Peter McCullough supprimée par l’éditeur

L'article faisait la synthèse des études qui démontrent les dangers des vaccins Covid.

Partager

Publication de l’Association Internationale pour une Médecine Scientifique Indépendante et Bienveillante (AIMSIB) :

Voici une histoire qui, dans un monde exempt de corruption systémique forcenée, ne pourrait jamais vous être racontée. Il était une fois un groupe de scientifiques de tout premier plan dirigé par le Pr Peter McCullough (7) qui rédige un article scientifique long et rugueux mais parfaitement étayé par des centaines d’articles publiés à travers le monde. Ce travail est proposé à une grande revue internationale, Cureus, l’article est révisé par les pairs (peer reviewed) puis il est publié (*) mais il dérange tellement le complexe militaro-industriel américain que celui-ci somme Springer, l’éditeur, de rétracter l’article. Évidemment sans la moindre raison valable, et Springer s’est immédiatement exécuté. Cette publication est sauvée ici d’un oubli programmé. L’AIMSIB l’a traduite bénévolement et la publie simultanément avec Laurent Mucchielli (sur son blog QG). Les vaccins anti-Covid à ARNm ont provoqué des résultats catastrophiques « dans la vie réelle » et devraient tous être retirés du marché, il ne fallait pas le dire et voici pourquoi. Bonne lecture.

Titre francisé de la publication d’origine (les références ne sont pas reproduites ici et peuvent être consultées sur la publication originale qui, bien que retirée, est toujours en ligne) :

Vaccins à ARNm COVID-19 : enseignements tirés des essais d’homologation et de la campagne mondiale de vaccination

Résumé

Notre compréhension des vaccins COVID-19 et de leur impact sur la santé et la mortalité a considérablement évolué depuis les premiers déploiements de vaccins. Les rapports publiés sur les premiers essais randomisés de phase 3 ont conclu que les vaccins à ARNm COVID-19 pouvaient réduire considérablement les symptômes de la maladie. Entre-temps, des problèmes liés aux méthodes, à l’exécution et aux rapports de ces essais fondamentaux sont apparus. Une nouvelle analyse des données de l’essai Pfizer a mis en évidence une augmentation statistiquement significative des effets indésirables graves (EIG) dans le groupe vacciné. De nombreux EIG ont été identifiés à la suite de l’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA), notamment des décès, des cancers, des événements cardiaques et divers troubles auto-immuns, hématologiques, reproductifs et neurologiques. En outre, ces produits n’ont jamais fait l’objet de tests de sécurité et de toxicologie adéquats, conformément aux normes scientifiques précédemment établies. Parmi les autres sujets majeurs abordés dans cette revue narrative figurent les analyses publiées des dommages graves causés à l’homme, les questions de contrôle de la qualité et les impuretés liées au processus, les mécanismes sous-jacents aux effets indésirables, la base immunologique de l’inefficacité des vaccins et les tendances de la mortalité basées sur les données des essais d’homologation. Le déséquilibre risque-bénéfice étayé par les données disponibles à ce jour contre-indique de nouvelles injections de rappel et suggère qu’au minimum, les injections d’ARNm devraient être retirées du programme de vaccination des enfants jusqu’à ce que des études toxicologiques et de sécurité adéquates soient menées. L’approbation par l’agence fédérale des vaccins à ARNm COVID-19 sur la base d’une couverture générale de la population n’était pas étayée par une évaluation honnête de toutes les données d’enregistrement pertinentes et par un examen proportionné des risques par rapport aux avantages. Compte tenu des effets secondaires importants et bien documentés et du rapport inacceptable entre les dommages et les bénéfices, nous demandons instamment aux gouvernements d’approuver un moratoire mondial sur les produits à ARNm modifiés jusqu’à ce que toutes les questions pertinentes relatives à la causalité, à l’ADN résiduel et à la production de protéines aberrantes aient trouvé une réponse.

Introduction et contexte

Notre compréhension des vaccins à ARNm contre le coronavirus 2019 (COVID-19) et de leur impact sur la mortalité a considérablement évolué depuis le déploiement des premiers vaccins en décembre 2020. Les premières études ont révélé le potentiel de ces produits biologiques pour la prévention de l’infection par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2). Sur la base des premiers essais contrôlés randomisés parrainés par Pfizer-BioNTech (New York, États-Unis (US) ; Mayence, Allemagne) et Moderna Inc. (Massachusetts, États-Unis), les chercheurs ont conclu à une réduction notable du risque relatif (RR) de 95 % de l’infection symptomatique par le COVID-19 [1,2]. La concordance des résultats des deux essais a incité la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis à autoriser l’utilisation des vaccins à ARNm COVID-19 dans le cadre d’une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) le 11 décembre 2020, une décision qui a été suivie par la levée de l’aveugle et l’arrêt des essais [3].

Avant la procédure d’autorisation rapide, aucun vaccin n’avait été autorisé à être commercialisé sans avoir été soumis à une période d’essai d’au moins quatre ans, le record ayant été établi par Merck & Co, Inc. (New Jersey, États-Unis) en 1967 avec le développement du premier vaccin contre les oreillons au monde [4]. Le vaccin de Pfizer (BNT162b2) a achevé le processus en sept mois. Les délais précédents pour les essais de phase 3 étaient en moyenne de 10 ans [5]. Les services de santé ont déclaré que le délai normal pour évaluer la sécurité des vaccins était de 10 à 15 ans [6]. Dans le cas des vaccins COVID-19, l’innocuité n’a jamais été évaluée conformément aux normes scientifiques précédemment établies, car de nombreux tests d’innocuité et protocoles toxicologiques généralement suivis par la FDA ont été contournés [7,8]. Les études précliniques sur la biodistribution du produit ARNm et les toxicités potentielles de doses répétées (pour imiter des vaccinations multiples) ont été contournées pour permettre des essais cliniques accélérés [9]. La période d’observation minimale de 6 à 12 mois habituellement recommandée pour identifier d’éventuels effets indésirables à plus long terme liés au vaccin dans le groupe vacciné par rapport au groupe placebo est peut-être le critère d’essai le plus important qui a été évité grâce à la procédure d’autorisation rapide [9].

Le délai de 10 à 15 ans précédemment établi pour l’évaluation clinique des vaccins a été jugé nécessaire pour garantir un temps suffisant pour surveiller le développement d’effets indésirables tels que les cancers et les troubles auto-immuns [10,11]. Par souci de rapidité, les coordinateurs des essais Pfizer et Moderna ont donné la priorité à la réduction des risques symptomatiques liés à COVID-19 plutôt qu’aux EI graves et aux problèmes de mortalité. Rétrospectivement, il s’agit d’une grave erreur. Les récits historiques témoignent de cas où des vaccins ont été introduits prématurément sur le marché sous une pression énorme, pour ensuite révéler des effets indésirables invalidants, voire mortels. Citons par exemple la contamination des vaccins contre la polio en 1955, les cas de syndrome de Guillain-Barré observés chez des personnes vaccinées contre la grippe en 1976, et le lien entre la narcolepsie et un vaccin antigrippal spécifique en 2009 [12-14]. Dans ce contexte, il n’est pas surprenant qu’un si grand nombre d’experts médicaux et de santé publique aient exprimé leurs inquiétudes quant au fait que les vaccins à ARNm COVID-19 contournent le processus normal d’évaluation de la sécurité [15-17].

Les incitations politiques et financières peuvent avoir joué un rôle clé dans l’affaiblissement du processus d’évaluation scientifique qui a précédé l’EUA. Lalani et ses collègues ont documenté les investissements majeurs réalisés par le gouvernement américain bien avant l’autorisation [18]. Avant même la pandémie, l’Institut national américain de la santé avait investi 116 millions de dollars (35 %) dans la technologie des vaccins à ARNm, la Biomedical Advanced Research and Development Authority (BARDA) avait investi 148 millions de dollars (44 %), tandis que le ministère de la défense (DOD) avait contribué à hauteur de 72 millions de dollars (21 %) au développement de vaccins à ARNm. La BARDA et le DOD ont également collaboré étroitement au codéveloppement du vaccin ARNm de Moderna, en y consacrant plus de 18 milliards de dollars, y compris des achats garantis de vaccins [18]. Cela a impliqué le préachat de centaines de millions de doses de vaccin ARNm, ainsi qu’un soutien financier direct aux essais cliniques et à l’expansion des capacités de production de Moderna.

Les fonds publics alloués au développement de ces produits dans le cadre de l’opération Warp Speed ont dépassé les investissements réalisés dans le cadre de toute initiative publique antérieure [19]. Dès le début de la pandémie, 29,2 milliards de dollars (dont 92 % provenant de fonds publics américains) ont été consacrés à l’achat de produits à base d’ARNm COVID-19 ; 2,2 milliards de dollars supplémentaires (7 %) ont été consacrés au soutien des essais cliniques, et 108 millions de dollars (moins de 1 %) ont été alloués à la fabrication et à la recherche fondamentale [18]. Ces dépenses abondantes de l’argent du contribuable se sont poursuivies tout au long de la pandémie : la BARDA a dépensé 40 milliards de dollars supplémentaires pour la seule année 2021 [20].

L’utilisation de l’argent du contribuable américain pour acheter autant de doses à l’avance suggère qu’avant la procédure d’autorisation de mise sur le marché, les agences fédérales américaines avaient un fort penchant pour la réussite des essais d’homologation. En outre, on peut raisonnablement supposer que des intérêts aussi importants auraient pu influencer la décision d’interrompre prématurément les essais d’homologation. La levée de l’insu a essentiellement annulé l’élément « contrôlé par placebo » des essais, éliminant le groupe de contrôle et compromettant ainsi la capacité d’évaluer objectivement le profil de sécurité des vaccins ARNm et les effets indésirables graves (EIG) potentiels. Ainsi, bien que l’autorisation accélérée ait montré la détermination du gouvernement à fournir ces nouveaux produits, elle a également suscité des inquiétudes chez de nombreux experts concernant les questions de risque et de bénéfice et a effectivement éliminé la possibilité d’en savoir plus sur les effets néfastes potentiels à long terme des inoculations à l’ARNm. Les pressions politiques exercées pour trouver rapidement une solution ont pu compromettre la rigueur et l’intégrité du processus d’évaluation scientifique, tout en minimisant et en occultant les préoccupations scientifiques concernant les risques potentiels associés à la technologie de l’ARNm.

Les préoccupations relatives à l’insuffisance des tests de sécurité vont au-delà des normes et pratiques habituelles d’approbation réglementaire. Bien que nous utilisions les termes « vaccin » et « vaccination » tout au long de cet article, les produits à base d’ARNm COVID-19 sont également appelés produits de thérapie génique (GTP gene therapy product), car il s’agit essentiellement d’un cas d’application de la technologie PTG à la vaccination [21]. La réglementation européenne impose l’inclusion d’un antigène dans les vaccins, mais aucune protéine immunogène n’est contenue dans ces vaccins ARNm [22]. La plateforme vaccinale PTG est étudiée depuis plus de 30 ans en tant que traitement expérimental du cancer, les termes thérapie génique et vaccination par ARNm étant souvent utilisés de manière interchangeable [23]. Cela est dû au mode d’action spécifique des produits ARNm : les brins d’ARNm synthétiques, encapsulés dans un véhicule protecteur de nanoparticules lipidiques (LNP), sont traduits dans les cellules en une protéine spécifique qui stimule ensuite le système immunitaire contre une maladie spécifique. On pourrait également parler de promédicaments, car ces produits stimulent la fabrication de la protéine cible par l’organisme du receveur [24]. Comme il n’existait aucune réglementation spécifique à l’époque du processus d’approbation rapide, les organismes de réglementation ont rapidement « adapté » les produits, généralisé la définition du terme « vaccin » pour les prendre en compte, puis les ont autorisés pour la toute première fois dans le cadre d’une autorisation d’utilisation en Europe contre une maladie virale. Cependant, la raison pour laquelle ces produits sont réglementés en tant que vaccins et exclus de la surveillance réglementaire en tant que PTG manque de justification scientifique et éthique [21]. (Remarque : tout au long de cette étude, les termes « vaccins » et « vaccinations » seront utilisés indifféremment pour désigner les injections, les inoculations, les produits biologiques ou, plus simplement, les produits).

En raison de la reclassification des PTG en tant que vaccins, aucun de leurs composants n’a fait l’objet d’une évaluation approfondie en termes de sécurité. La principale préoccupation, en bref, est que les produits ARNm de COVID-19 peuvent transformer les cellules du corps en usines de protéines virales qui n’ont pas d’interrupteur (c’est-à-dire pas de mécanisme intégré pour arrêter ou réguler une telle prolifération), la protéine de pointe (protéine S) étant générée pendant des périodes prolongées, provoquant une inflammation systémique chronique et un dysfonctionnement immunitaire [25,26]. Cette protéine S est le dénominateur commun entre le coronavirus et le vaccin, ce qui contribue à expliquer la similitude fréquente des effets indésirables générés par l’infection et l’inoculation [25]. La protéine S induite par le vaccin est plus immunogène que la protéine S induite par le virus.

Du coup, la production accrue d’anticorps est également associée à une immunopathologie plus sévère et à d’autres effets indésirables [27]. Les produits Pfizer et Moderna contiennent de l’ARNm avec deux codons modifiés qui donnent une version de la protéine S stabilisée dans son état de préfusion [28]. Cette technologie d’ARN modifié au niveau des nucléosides vise à prolonger la persistance de l’ARNm synthétique dans l’organisme. Lorsque la protéine S pénètre dans la circulation sanguine et se diffuse dans le système, elle peut devenir un facteur contribuant à divers effets indésirables chez les personnes sensibles [25].

Dans cette revue narrative, nous revenons sur les essais d’enregistrement et passons en revue les analyses des effets indésirables de ces essais et d’autres études pertinentes. La plupart des révélations n’ont été faites que récemment, en raison de la censure généralisée exercée ces dernières années sur les professionnels de la santé et les chercheurs qui remettaient en question le discours dominant de l’industrie du vaccin [29,30]. Nous commencerons par nous concentrer sur les deux essais randomisés en double aveugle contrôlés par placebo qui ont abouti à l’EUA (autorisation d’urgence), puis nous explorerons en profondeur les divers effets indésirables des inoculations d’ARNm, en nous référant fréquemment aux essais originaux. Dans un contexte postpandémique où l’urgence immédiate s’est estompée, des revues critiques de la littérature comme celle-ci peuvent jouer un rôle important en nous aidant à réévaluer la base scientifique des préoccupations de sécurité bien fondées du grand public concernant les vaccinations à ARNm COVID-19.

Réexamen des essais d’homologation

Au début de la pandémie, les responsables américains de la santé publique ont promis que les essais de phase 3 prouveraient que les vaccins à ARNm COVID-19 étaient « sûrs et efficaces », notamment en ce qui concerne la réduction des maladies graves, des hospitalisations et des décès, avec comme critère secondaire la prévention de la transmission et de l’infection (31). Neuf fabricants de vaccins ont publié une déclaration commune sans précédent dans laquelle ils s’engageaient à ne pas demander prématurément un examen réglementaire [32]. Ces deux séries d’assurances ont été données à une population qui souffrait déjà d’une lassitude à l’égard de la pandémie, principalement due aux mesures de confinement, au masquage, à la distanciation sociale et à d’autres restrictions imposées par les mêmes organismes responsables de la mise en place du programme de vaccination. Malgré la rhétorique, aucun grand essai randomisé en double aveugle contrôlé par placebo n’a jamais démontré de réduction de la transmission du SRAS-CoV-2, des hospitalisations ou des décès.

Il est important de noter que les plans d’étude des essais pivots qui ont conduit à l’EUA n’ont jamais été conçus pour déterminer si les inoculations d’ARNm pouvaient contribuer à prévenir une maladie grave ou un décès prématuré [31]. Cela était principalement dû à une puissance statistique insuffisante pour évaluer ces résultats [33]. Le calcul de la puissance s’est basé uniquement sur la réduction des symptômes de COVID-19, le résultat principal. Cette limitation s’explique par le recrutement de jeunes participants en bonne santé, âgés de 18 à 55 ans, et par le nombre relativement faible de cas d’infection clinique signalés dans les groupes d’intervention des essais, avec seulement huit cas pour Pfizer et 11 pour Moderna [1,2]. Alors que l’essai de Pfizer n’a enregistré qu’un seul cas de COVID-19 grave, l’essai de Moderna n’en a rapporté aucun, ce qui a conduit l’entreprise à proclamer une efficacité de 100 % contre les maladies graves [34]. Moderna a également rapporté un décès dû au COVID-19, dans le groupe placebo [2]. Ainsi, entre les deux essais, il n’y a eu qu’un seul décès attribué à COVID-19 parmi les plus de 73 000 participants à l’essai [1,2].

Après avoir annoncé les résultats de l’essai, Pfizer a prolongé l’étude de quatre mois. Les participants à l’essai ont été libérés du double-aveugle à la semaine 20, et les volontaires sous placebo ont été invités à recevoir la vaccination par ARNm. L’annonce par Pfizer de l’efficacité de son produit ARNm était basée sur le fait que 162 des 22 000 personnes ayant reçu un placebo avaient contracté le COVID-19, contre seulement huit des 22 000 personnes ayant reçu le vaccin. Aucun des 162 receveurs de placebo ayant contracté la COVID-19 n’est décédé de la maladie [35]. Ces chiffres sont trop faibles pour que l’on puisse tirer des conclusions significatives, pragmatiques ou générales sur la morbidité et la mortalité liées au COVID-19 [36].

En outre, le nombre de 170 cas confirmés par la réaction en chaîne de la polymérase (PCR) détourne l’attention d’une autre constatation : un nombre beaucoup plus important de cas identifiés au cours de l’étude relevait de la catégorie « COVID-19 suspect », c’est-à-dire que les personnes présentaient des symptômes de COVID-19 mais n’avaient pas obtenu de résultat positif au test PCR [37]. (Remarque : les tests PCR utilisés dans ces essais étaient ceux largement acceptés pour la détection du SRAS-CoV-2 et répondaient ostensiblement à certaines normes de performance et de fiabilité pour la détection précise du coronavirus). Au total, 3 410 cas de COVID-19 suspectés et non confirmés ont été identifiés, soit une différence de 20 fois entre les cas suspectés et confirmés. Ces cas étaient au nombre de 1 594 dans le groupe vacciné et de 1 816 dans le groupe placebo. Si l’on tient compte à la fois des cas confirmés et des cas suspects, l’efficacité du vaccin contre l’apparition de symptômes n’est plus que de 19 %, ce qui est bien inférieur au seuil de réduction de 50 % du RR exigé pour l’obtention d’une autorisation réglementaire [37]. Même si l’on retire les cas survenus dans les sept jours suivant la vaccination pour tenir compte de la réactogénicité à court terme du vaccin (plutôt que des véritables infections), l’efficacité ne serait que de 29 %. Tout faux négatif parmi les cas suspects tendrait à diminuer encore le bénéfice. Ainsi, si l’on tient compte à la fois des cas confirmés et des cas suspects, l’efficacité du vaccin semble avoir été nettement inférieure à l’allégation officielle de 95 %.

De même, il est important de souligner que les « cas » pris en compte dans les essais étaient des patients PCR positifs atteints d’infections légères, et non de maladies modérées à graves. Ainsi, une toux ou d’autres symptômes respiratoires bénins ont été considérés comme des critères d’évaluation primaires [38,39]. La conclusion de l’essai reposait sur une centaine de « cas » COVID-19 enregistrés dans le groupe placebo [31]. Une fois l’essai arrivé à ce stade, il était prévu que l’efficacité serait déclarée et que les participants du groupe placebo se verraient proposer le vaccin actif. C’est précisément ce qui s’est produit, la phase en aveugle de Pfizer s’étant achevée au bout de deux mois et Moderna à trois mois, ce qui met fin à la période de suivi randomisé en aveugle et limite considérablement les évaluations du rapport risque-bénéfice.

L’impossibilité d’évaluer les maladies graves dans un essai qui reflète le contexte réel, à savoir que la probabilité d’une COVID-19 grave, d’une hospitalisation ou d’un décès dus à l’infection a toujours été très faible. En stratifiant par âge, le taux de létalité de l’infection (IFR) en 2021 a montré un gradient d’âge avec une augmentation d’environ trois à quatre fois pour chaque décennie, commençant à 0,0003 % (presque zéro) chez les enfants et les adolescents, augmentant à 0,5 % chez les personnes âgées de 60 à 69 ans [40]. Même dans les groupes plus âgés (>70 ans), l’IFR varie de 1 à 5 % en fonction des comorbidités et de l’accès au traitement. En principe, la mortalité toutes causes confondues (MTC) tend à augmenter avec l’âge. Dans le cas de COVID-19, la présence de comorbidités modifie fortement l’influence de l’âge sur la mortalité [41]. Pour les jeunes générations (<40 ans), la gravité de l’infection par le SRAS-CoV-2 et les taux de mortalité depuis 2020 sont comparables à ceux de la grippe [42]. Même dans les pays qui présentaient une surmortalité en 2020, les taux de mortalité chez les enfants étaient extrêmement faibles [43]. En Suède, où 1,8 million d’enfants ont été autorisés à aller librement à l’école en 2020, aucun décès dû au COVID-19 n’a été enregistré parmi eux à l’été 2021 [44].

Bien que les essais contrôlés randomisés soient considérés comme l’étalon-or pour tester la sécurité et l’efficacité des produits médicaux (en raison de la minimisation des biais), les essais de portée limitée peuvent facilement masquer les véritables problèmes de sécurité et d’efficacité concernant différents segments de la population. Dans le cas présent, les essais ont exclu des sous-groupes clés, notamment les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées fragiles et les personnes immunodéprimées, ainsi que les personnes atteintes d’un cancer, d’une maladie auto-immune ou d’autres affections inflammatoires chroniques [45]. Alors que les essais initiaux n’ont pas (selon le protocole) recruté de personnes souffrant de comorbidités, les personnes finalement vaccinées dans le cadre de ces essais ont montré la présence réelle de ces affections sous-jacentes. Plutôt que d’évaluer ces problèmes bien connus de sécurité et de risques de comorbidité, l’accent a été mis sur le risque de lésions pulmonaires inflammatoires, comme cela avait été observé chez les patients du COVID-19 et, bien des années plus tôt, chez des modèles animaux immunisés infectés par le SRAS-CoV [46]. Nous commençons maintenant à reconnaître la folie de cette focalisation étroite des études de sécurité, car des millions d’événements graves et potentiellement mortels associés aux vaccins COVID-19 continuent d’être documentés dans la littérature médicale [47-51].

Que révèlent les essais pivots sur la mortalité globale (toutes causes confondues) ? Après avoir soigneusement analysé l’ACM (all cause mortality – mortalité toute cause) pour les essais Pfizer et Moderna, Benn et ses collègues ont trouvé 61 décès au total (31 dans le vaccin, 30 dans le placebo) et un RR de mortalité de 1,03 (0,63-1,71), en comparant les vaccinés au placebo [52]. Ces résultats peuvent être interprétés comme « aucune différence significative » ou aucune preuve de référence montrant que ces vaccins ARNm réduisent la mortalité. L’absence de différences significatives entre les bras de l’étude en ce qui concerne le nombre de décès mérite d’être soulignée. L’impact réel sur la mortalité reste inconnu dans ce contexte, et seul ce fait est pertinent, car il serait préférable de prendre un vaccin dont les essais ont montré une réduction de la mortalité plutôt qu’un vaccin dont les essais n’ont pas montré de manière convaincante une amélioration de la survie [53]. De même, une analyse ultérieure des données de l’essai Pfizer a conclu que les taux de mortalité étaient comparables entre les groupes vaccinés et les groupes placebo au cours de la période initiale de 20 semaines de l’essai randomisé [54]. Le fait que les vaccinations par ARNm n’aient pas conduit à une réduction de la mortalité globale implique que, si les injections ont effectivement permis d’éviter des décès spécifiquement attribuables à COVID-19, une telle réduction pourrait être compensée par une augmentation de la mortalité due à d’autres causes, telles que les EIG.

Même l’essai de six mois de Pfizer n’a pas réussi à montrer une réduction de la mortalité toutes causes confondues [35]. En effet, une nouvelle analyse des données post-commercialisation fournies à la FDA suggère l’effet inverse. La partie étendue de l’essai comprenait une période de quatre mois sans insu, au cours de laquelle la plupart des participants ayant reçu le placebo sont passés dans le groupe vacciné. Au cours de cette phase, cinq décès supplémentaires ont été enregistrés, dont trois dans le groupe vacciné initial et deux parmi les participants au groupe placebo ayant choisi la vaccination [35]. Si l’on inclut ces cinq décès dans la catégorie des « vaccinés », le nombre total de décès devient 20 dans le groupe vacciné et 14 dans le groupe placebo, ce qui représente une augmentation de 43 % du nombre de décès (non statistiquement significative en raison du faible nombre de décès). Dans les documents de la FDA, cependant, un total de 38 décès a été rapporté, dont 21 dans le groupe vacciné et 17 dans le groupe placebo, ce qui représente une augmentation de 23,5 % des décès toutes causes confondues parmi ceux qui ont reçu la série primaire de deux doses de BNT162b2 [55,56]. Cela suggère que les deux participants du groupe placebo qui sont décédés après la vaccination par l’ARNm ont été comptés deux fois (c’est-à-dire que les deux décès ont été comptés dans chaque bras de l’essai). Cependant, pour tenir compte correctement des cinq décès supplémentaires, il faudrait ajuster l’analyse sur la base des données de l’étude par rapport aux personnes-mois passées dans chaque groupe. En appliquant cette méthode, on obtient un total de 36 décès : 21 dans le groupe BNT162b2 et 16 dans le groupe placebo. En calculant le risque relatif d’ACM, le groupe vacciné avait un taux de mortalité de 0,105 % (21 décès sur 20 030), tandis que le groupe placebo avait un taux de mortalité de 0,0799 % (16 décès sur 20 030). L’équation RR a donné une valeur de 1,3125 (95%CI 0,6851-2,5144, p=0,41), indiquant un risque d’ACM 31% plus élevé dans le groupe BNT162b2 par rapport au groupe placebo. Cette estimation peut être considérée comme prudente, car elle ne suppose pas que tous les patients ayant reçu le placebo ont choisi de se faire vacciner pendant la phase ouverte de l’essai.

Pour les essais d’enregistrement de Pfizer et de Moderna, Benn et al. ont également rapporté une augmentation non significative de 45 % des décès d’origine cardiovasculaire (RR=1,45 ; 95 % IC 0,67-3,13) dans les groupes vaccinaux des essais [52]. Ce résultat est cohérent avec les nombreux rapports faisant état de pathologies cardiovasculaires liées au vaccin COVID-19 dans les segments jeunes et âgés de la population [57-63]. Aucune des estimations de la mortalité issues des essais n’est statistiquement significative. Néanmoins, les tendances à la hausse des décès dus à la ACM et aux maladies cardiovasculaires sont préoccupantes. Si l’essai Pfizer n’avait pas été interrompu prématurément, et en supposant que les taux de mortalité restent les mêmes dans les deux bras comme observé au cours des six premiers mois, la différence ACM atteindrait le seuil standard de signification statistique (p < 0,05) à environ 2,8 ans (34 mois). La valeur p est de 0,065 à 2,5 ans et de 0,053 à 2,75 ans (voir annexe 1). Ces calculs ont été confirmés de manière indépendante par Masterjohn [64].

Risque absolu et « nombre de vaccins nécessaires » (NNV)

L’une des lacunes souvent négligées des essais d’homologation est que les rapports finaux se concentrent exclusivement sur le RR en omettant la réduction du risque absolu. Cette dernière mesure donne une meilleure indication de l’utilité clinique d’un médicament que la première mesure relative, car elle est proportionnelle à la taille de l’échantillon [65]. Le RR est le rapport des taux de symptômes COVID-19 dans le groupe vacciné et dans le groupe placebo, qui a été rapporté à 95 % et 94,5 % pour les produits Pfizer et Moderna, BNT162b2 et mRNA-1273, respectivement [1,2]. Le risque absolu fait référence à la probabilité d’un résultat (dans ce cas, les symptômes d’une infection clinique), basée sur le nombre de personnes subissant le résultat par rapport à l’ensemble de la population. Il est généralement calculé comme le nombre d’événements survenus dans une population étudiée divisé par le nombre de personnes dans cette population. Les deux types d’estimation du risque sont nécessaires pour éviter les biais de déclaration et pour fournir une perspective plus complète de l’efficacité du vaccin [65]. L’omission des statistiques sur le risque absolu entraîne une surestimation des avantages cliniques du vaccin [66]. Contrairement au chiffre du RR à 95 %, les réductions du risque absolu pour le BNT162b2 et l’ARNm1273 étaient respectivement de 0,7 % et de 1,1 % [67]. Ces estimations ont été dérivées de données accessibles au public qui ont finalement permis au Comité consultatif de la FDA sur les vaccins et les produits biologiques apparentés (VRBPAC) d’accorder l’autorisation d’urgence de mise sur le marché (EUA) pour ces vaccins [68]. Cependant, les données examinées par le VRBPAC n’incluaient pas de mesures de réduction du risque absolu, ce qui s’écarte des lignes directrices de la FDA, qui stipulent que les deux approches sont cruciales pour éviter l’utilisation malencontreuse de produits pharmaceutiques [69]. Une fois de plus, le fait de ne pas fournir le risque absolu et de se concentrer uniquement sur le RR entraîne généralement une surestimation des bénéfices des vaccins. Les statistiques sur le risque absolu sont également utiles pour évaluer et comparer les mesures de sécurité telles que les taux d’EI.

Une réduction du risque absolu d’environ 1 % pour les vaccinations par l’ARNm COVID-19 signifiait qu’un nombre substantiel de personnes devrait être injecté afin de prévenir un seul cas léger à modéré de COVID19. Plus précisément, le NNV pour prévenir un cas de COVID-19 serait de 142 (intervalle 122-170) pour l’injection de BNT162b2 et de 88 (intervalle 76-104) pour l’injection de l’ARNm-1273, respectivement [65]. Ces chiffres augmentent avec l’âge et en fonction du variant [70]. La VNI est une mesure interprétable et pertinente pour évaluer l’impact dans le monde réel, ce qui nous permet de mesurer les avantages potentiels de la vaccination. Pour toute population relativement saine (avec un minimum de comorbidités), le profil risque-bénéfice avec un NNV élevé pourrait facilement indiquer des inconvénients excessifs.

Il est impératif d’évaluer soigneusement tous les risques potentiels associés aux produits à base d’ARNm COVID-19. Si des effets nocifs importants étaient liés à leur utilisation, la « récompense » perçue que représente la VNI devrait être réévaluée. Par exemple, en supposant une VNI de 119 et un TIF de 0,23 % (deux estimations prudentes), environ 52 000 vaccinations seraient nécessaires pour prévenir un décès lié au COVID-19. Ainsi, pour l’injection de BNT162b2, une estimation généreuse serait de deux vies sauvées du COVID-19 pour 100 000 traitements biologiques. Compte tenu des preuves de mauvaise conduite dans les essais et des problèmes d’intégrité des données (voir section suivante), nous supposons que cette estimation est une « limite supérieure » et que, par conséquent, le bénéfice réel est probablement beaucoup plus faible. En ce qui concerne les effets néfastes potentiels, en supposant 30 % de fausses déclarations positives et un facteur modéré de sous-déclaration de 21, nous calculons un risque de 27 décès pour 100 000 doses de BNT162b2. Ainsi, en appliquant ces hypothèses raisonnables et prudentes, les inconvénients estimés des vaccins à ARNm COVID-19 l’emportent largement sur les avantages : pour chaque vie sauvée, il y a eu près de 14 fois plus de décès causés par les injections d’ARNm modifié (pour plus de détails, voir l’annexe 2).

Sous-déclaration des préjudices et problèmes d’intégrité des données

La sous-déclaration des préjudices graves, y compris des EIG (effets indésirables graves), est un autre problème important qui ne suscite souvent qu’une attention limitée dans le domaine public. Notamment, les préjudices graves qui entravent considérablement les activités quotidiennes et la qualité de vie sont universellement sous-déclarés dans les essais randomisés, en particulier dans les études parrainées par l’industrie [71]. Ces effets indésirables pourraient être plus fréquents chez les personnes vaccinées avec l’ARNm et qui sont ensuite infectées par le SRAS-CoV-2. Si, en principe, les examens systématiques des essais randomisés constituent une source fiable de données, les rapports d’essais de médicaments ne font invariablement pas état de préjudices graves [72]. Cette sous-notification semble exceptionnellement évidente dans le contexte des essais de vaccins [73-75]. Dans le cas des essais du vaccin COVID-19, la sous-notification était également structurelle, car les participants ont été désaveuglés au cours de la phase ouverte de l’essai Pfizer, et les personnes ayant reçu le placebo se sont vues proposer le vaccin quelques semaines seulement après l’autorisation en urgence (EUA). La levée de l’insu a eu lieu sans laisser suffisamment de temps pour identifier les effets nocifs tardifs ou diagnostiqués associés aux vaccins [15]. Était-ce nécessaire, étant donné qu’aucun des décès survenus dans le cadre de l’essai Pfizer n’a été attribué à la COVID-19 en tant que cause principale, et compte tenu de l’IFR (taux de létalité) très faible pour une population relativement saine [40] ?

Classen note que les coordinateurs de l’essai ont utilisé une approche aléatoire du suivi des EI et que l’impact potentiellement nocif de ces produits biologiques sur les résultats de santé était donc plus important que ce qui est généralement reconnu [49]. Les investigateurs ont donné la priorité à la documentation des événements liés à la COVID-19 tout en suivant de manière prospective les patients pour les EI « sollicités » pendant une durée d’environ sept jours après la vaccination. Les EI « non sollicités » ont ensuite été signalés pendant une période de 30 à 60 jours. Parmi les participants à l’essai, on comptait des personnes ayant un niveau d’éducation limité et des personnes âgées (éventuellement atteintes de troubles cognitifs) [49]. On peut s’interroger sur la capacité de ces personnes à reconnaître et à signaler les EI graves. De plus, les rapports d’essai originaux ne contenaient pas de données sur les événements non infectieux graves, y compris les décès, survenus au-delà de la période de déclaration de 30 à 60 jours [49]. En revanche, les infections COVID-19 ont fait l’objet d’un suivi continu à partir de la vaccination (une forme de biais d’information). Pfizer et Janssen ont fait preuve d’indulgence dans l’enregistrement des EI, en limitant la documentation des événements « sollicités » à une cohorte de sécurité représentant moins de 20 % de la population totale de l’étude. Ces résultats concordent avec ceux d’études antérieures montrant que seule une petite proportion, généralement 5 %, des EI est généralement signalée dans les essais parrainés par des sociétés pharmaceutiques [76].

Pour aggraver les choses, le public n’a jamais été autorisé à accéder aux données brutes des essais d’homologation, ce qui a empêché la communauté scientifique de procéder à une vérification indépendante des effets indésirables (ceux-ci ont été révélés plus tard, après la distribution à grande échelle des inoculations) [77]. Ce secret a peut-être permis à l’industrie de présenter plus facilement une estimation gonflée et déformée des avantages des injections génétiques, ainsi qu’une sous-estimation flagrante des inconvénients potentiels.

Une analyse médico-légale récente des données de l’essai de Pfizer sur six mois a révélé que de nombreux décès survenus au cours de l’essai se sont produits après la date limite utilisée pour créer la brochure d’information examinée par la FDA et aboutissant à l’autorisation du vaccin ; cela a en fait dissimulé les données de mortalité dans la partie décisionnelle du processus de l’EUA [54]. La demande initiale de Pfizer pour l’EUA ne décrivait les résultats de l’essai que jusqu’à la date butoir du 14 novembre 2020. Cependant, des décès et d’autres EIG ont continué à se produire par la suite, même avant la réunion définitive du VRBPAC pour autoriser le vaccin à ARNm. Au cours des 33 premières semaines de l’essai clinique CA4591001 de Pfizer-BioNTech, qui s’est déroulé sur 153 sites d’essai clinique dans plus de sept pays différents, 38 sujets au total sont décédés. Les 38 sujets de l’essai ont été répertoriés dans le rapport intermédiaire de Pfizer-BioNTech après six mois [35]. Ces événements se sont produits dans l’ordre chronologique au cours de la période de 33 semaines commençant le 27 juillet 2020 et se terminant le 13 mars 2021. Pour représenter visuellement ces données, Michels et al. ont créé un graphique à barres illustrant le nombre de décès de sujets par semaine (Figure 1). Le nombre de sujets décédés dans le bras BNT162b2 (« vacciné ») et dans le bras placebo de l’essai est représenté séparément. Le graphique comprend également un diagramme illustrant le nombre cumulatif de décès dans chaque bras, mesuré à la fin de chaque semaine. Les barres pleines représentent les sujets qui ont reçu l’injection de BNT162b2, tandis que les barres grises représentent ceux qui ont reçu un placebo, et les barres hachurées représentent les sujets qui ont d’abord reçu un placebo, mais dont l’insu a été levé et auxquels on a ensuite administré du BNT162b2. En outre, les auteurs ont inclus un graphique linéaire qui montre le nombre cumulé de décès dans chaque bras de l’essai. La ligne continue correspond aux sujets ayant reçu une injection de BNT162b2, tandis que la ligne pointillée représente le groupe placebo [54].

FIGURE 1 : Analyse de la mortalité hebdomadaire de l’essai Pfizer sur une période de 33 semaines

Cette représentation de l’essai Pfizer par Michels et al. [54] montre le décompte hebdomadaire des décès de sujets du 27 juillet 2020 au 13 mars 2021. Les barres pleines indiquent les sujets ayant reçu le BNT162b2, les barres grises indiquent le groupe placebo et les barres hachurées représentent les sujets ayant reçu le BNT162b2 sans avoir été préalablement soumis à l’aveugle. La ligne continue représente le nombre cumulé de décès dans le groupe BNT162b2 et la ligne pointillée dans le groupe placebo.

Source de l’image : Michels et al., 2023 [54] ; publié avec l’autorisation des auteurs sous CC BY-NC-ND 4.0 Deed (Attribution-NonCommercial-NoDerivs 4.0 International).

Notamment, les personnes ayant reçu le placebo en aveugle et qui ont ensuite reçu le BNT162b2 sont combinées avec le « groupe vaccin » du BNT162b2 pour cette analyse [54]. Pour situer le contexte, l’essai d’enregistrement peut être divisé en trois périodes distinctes. La première est la « période contrôlée par placebo en aveugle », qui s’est étendue du 27 juillet 2020 au 10 décembre 2020. La deuxième phase est la « période de suivi ouverte », qui s’étend du 11 décembre 2020 au 24 janvier 2021. La dernière période est la « période d’observation ouverte », qui s’étend du 25 janvier 2021 au 13 mai 2021 [35,78]. Le premier décès chez les sujets sous placebo a été enregistré à la semaine 5, tandis que le premier décès chez les sujets sous BNT162b2 est survenu à la semaine 7.

Au cours des 12 premières semaines de l’essai, très peu de décès ont été enregistrés, probablement en raison du recrutement continu de nouveaux sujets. Les courbes illustrant le nombre cumulé de décès dans les deux groupes semblent s’aligner étroitement jusqu’à la semaine 20 environ, après quoi elles divergent (figure 1). Après la semaine 20, le taux de décès dans le groupe placebo a diminué et s’est finalement stabilisé à la semaine 30. En revanche, le nombre de décès chez les sujets du groupe BNT162b2 a continué à augmenter à un rythme constant. Ce taux réduit dans le groupe placebo est probablement dû à la diminution du nombre de sujets placebo non vaccinés restant dans l’essai, en raison de la levée de l’aveugle et du processus de vaccination lancé après le 11 décembre. Malgré le faible nombre total de décès, il est probable que la perception des vaccins par le grand public aurait été beaucoup moins favorable s’il avait su que le taux de mortalité avait continué à augmenter parmi les participants vaccinés avec l’ARNm [54].

Les données de Michels et al. [54] ont été obtenues directement à partir du rapport intérimaire de six mois de Pfizer [35]. En outre, Michels et al. [54] ont comparé le nombre de décès rapporté à un nombre estimé, stratifié par âge, basé sur les données américaines de 2019 [79] et a déterminé que le nombre de 38 décès rapporté par Pfizer correspondait à environ 17 % de ce que l’on pourrait attendre de la population américaine.

De manière alarmante, en s’appuyant sur le rapport intermédiaire à six mois de Pfizer, Michels et ses collègues ont trouvé des preuves d’une augmentation substantielle du nombre de décès dus à des événements cardiovasculaires chez les sujets vaccinés avec le BNT162b2, que le fabricant du vaccin n’a pas signalée [54]. Pour leur analyse publiée et évaluée par des pairs, les chercheurs ont pu accéder aux rapports narratifs de quelques sujets critiques qui ont fourni une notification explicite de la date de décès du sujet avant le 14 novembre 2020 [54]. Le protocole C4591001 exigeait la notification immédiate des EIG, y compris le décès ou l’hospitalisation, dans un délai de 24 heures, une directive probablement suivie par le personnel du site de l’essai. Néanmoins, Pfizer a utilisé les dates auxquelles le décès a été enregistré dans les formulaires de rapport de cas des sujets, que Pfizer a conservés. L’enquête de Michels et al. a mis en évidence un schéma cohérent de retards dans la déclaration de la date du décès sur les formulaires de déclaration des sujets pendant toute la durée de l’essai [54]. Ces retards étaient les plus importants chez les sujets vaccinés décédés avant le 14 novembre 2020. Si Pfizer avait utilisé les dates réelles de décès dans sa demande d’EUA, deux sujets vaccinés supplémentaires auraient été inclus dans la demande d’EUA. Cette divergence était cruciale, car tous les décès de sujets vaccinés (quatre sur quatre) et la moitié des décès de sujets sous placebo (deux sur quatre) étaient d’origine cardiaque. L’analyse médico-légale a révélé que 75 % des décès des sujets vaccinés et 33,3 % de ceux du groupe placebo étaient d’origine cardiaque [54].

Parmi les 14 sujets ayant subi des EIG cardiaques, 11 étaient des personnes ayant reçu le vaccin BNT162b2, et trois provenaient du groupe ayant reçu le placebo seul, soit une augmentation de 3,7 fois (OR 3,7, 95%CI 1,0213,2, p = 0,03) [54]. Il convient de noter que ni l’article original de Thomas et al. ni le rapport de synthèse de Pfizer sur la sécurité clinique n’ont reconnu ou commenté ce signal de sécurité crucial [35,78].

Rétrospectivement, l’observation précédemment non divulguée selon laquelle deux fois plus de décès cardiaques sont survenus proportionnellement chez les sujets vaccinés que chez les sujets non vaccinés dans l’essai Pfizer aurait probablement incité la FDA à réévaluer la situation, en particulier compte tenu des données accumulées plus tard, le 10 décembre 2020, où 17 décès étaient survenus [54]. Les retards dans la documentation des décès de ces patients dans leur dossier, associés à l’omission de la date réelle du décès, ont effectivement dissimulé leurs décès pendant la phase cruciale du processus d’approbation de l’EUA, masquant ainsi le signal de l’EIG cardiaque [54]. En bref, les divers retards et omissions de déclaration, s’ils avaient été ouvertement discutés et pris en compte par le VRBPAC, auraient pu prolonger le processus d’autorisation. Les rapports inappropriés et l’examen insuffisant par le VRBPAC peuvent avoir finalement permis à Pfizer de manipuler les résultats de l’essai et d’obscurcir le signal de décès cardiaque. De récentes études in vivo chez l’animal démontrent que « dans les cardiomyocytes isolés, l’ARNm-1273 et le BNT162b2 induisent tous deux des dysfonctionnements spécifiques qui sont en corrélation physiopathologique avec la cardiomyopathie » [80]. En principe, les cardiomyocytes ne peuvent donc pas être exclus de la biodistribution des LNP contenant l’ARNm, et tout nouveau produit ARNm a le potentiel de provoquer des problèmes cardiaques potentiellement mortels, y compris la cardiomyopathie et l’arrêt cardiaque.

Au-delà de ces omissions dans la déclaration des effets secondaires, la déclaration officielle des résultats de l’essai a également posé problème. Les données de l’essai présentées par Pfizer pour la demande d’autorisation d’utilisation européenne ont révélé une tendance surprenante en comparant l’incidence de COVID-19 entre le groupe ayant reçu l’ARNm et le groupe placebo : une divergence frappante après le 12e jour suivant la première dose de BNT162b2 [81,82]. Alors que le groupe placebo a continué à voir apparaître de nouveaux cas, le taux d’infection du groupe BNT162b2 s’est brusquement arrêté, ce qui suggère une immunité soudaine et uniforme au 12ème jour. Une réponse aussi abrupte et complète au 12ème jour contredit la plausibilité biologique, étant donné que de telles réponses immunologiques auraient tendance à s’inscrire de manière plus graduelle dans un contexte de groupe. En outre, Pfizer n’a pas fourni de données pour les personnes n’ayant reçu qu’une seule dose. La figure 2 du même rapport d’essai [83], adaptée par Palmer et al. [82], montrant les titres d’anticorps neutralisants le jour de la première injection (D1) et divers jours suivants, illustre l’augmentation progressive des anticorps neutralisants dirigés contre le SRAS-CoV-2 après l’inoculation de l’ARNm. Cela contredit la notion d’immunité clinique rapide et complète. Au 21e jour, après la première dose, les anticorps neutralisants n’ont que légèrement augmenté, pour atteindre leur maximum au 28e jour, bien après que la plupart des individus aient reçu leur deuxième dose. Cette incohérence entre les données cliniques et les données relatives aux anticorps soulève des doutes quant à la représentation graphique de l’immunité soudaine au 12e jour et jette la suspicion sur sa validité. La figure 2 présente deux graphiques tirés du rapport d’évaluation de l’Agence européenne des médicaments (EMA) sur les données de l’essai de Pfizer [83].