Covidhub est devenu essentiel.news le 8 avril 2024, découvrez pourquoi.

Comment résister avec élégance au risque totalitaire?

Puiser dans le rejet et la souffrance les moyens de retrouver, ensemble, le courage de réhumaniser le monde.

Partager

Comment tenir bon lorsqu’on se sent menacé par une dérive totalitaire dans notre société? Surtout face à tant d’autres citoyens, scientifiques, journalistes, enseignants, qui restent incapables de penser que nos gouvernements, notre système médico-pharmaceutique ou nos médias puissent nous faire du mal.

La psychologue et psychanalyste Amandine Lafargue, spécialisée dans la protection de l’enfance, et l’expert en santé publique Jean-Dominique Michel, en duo à la Salle des fêtes de Saint-Laurent (Haute-Savoie), ont esquissé les ressources nécessaires pour trouver une résilience face au risque totalitaire.

Construire son hygiène intérieure face à l’inversion accusatoire

Et cela d’autant plus que, selon J.-D. Michel, les personnes conscientes du caractère «liberticide et destructeur» des mesures draconiennes prises contre le Covid depuis 2020 font l’objet d’une inversion accusatoire: ce sont ces personnes qui passent pour folles (ou encore complotistes, d’extrême-droite, sectaires, antisémites, etc.) alors que les mesures «délirantes» sont déclarées «normales».

Amandine Lafargue se réfère à la Résistance contre le nazisme. A cette époque, une majorité de gens ont obéi passivement à des mesures discriminatoires pour éviter des ennuis. Alors que d’autres se construisaient une hygiène intérieure consistant à ne pas accepter des actes que leur conscience regretterait un jour.

Il s’agit de se préserver face aux pressions du groupe et aux dénigrements. La lucidité n’est pas une chance donnée à tout le monde, rappelle J.-D. Michel qui a lui-même été victime d’un manipulateur dans sa carrière.

Pour une résistance élégante

C’est cette expérience traumatisante qui lui a donné les outils pour comprendre comment la «crise sanitaire» a pu «prendre en otage» la majorité des gens. «Maintenant, l’adversité me stimule», affirme-t-il. C’est comme l’amarante, cette plante qui résiste à tous les produits chimiques, glisse son interlocutrice. De même, il y a des gens qui sont naturellement réfractaires à toute pensée toxique.

Amandine Lafargue recommande une «résistance élégante», dépourvue de colère et de vengeance, allant même jusqu’à pardonner à ceux qui ont cédé aux pressions. Il s’agit de se réapproprier sa douleur, de reprendre peu à peu le contrôle de son émotionnel, de restaurer son calme intérieur. Et à partir de là, rencontrer d’autres personnes avec qui on pourra réparer solidairement un traumatisme qui est collectif.